Construire en mer

Monaco[principauté]


En un siècle, sous la pression foncière croissante, Monaco est passée de 150 à 200 hectares en s’avançant sur la mer. La Principauté poursuit aujourd’hui cette conquête et franchit une étape majeure en étudiant les possibilités offertes par les technologies off-shore. Ilex intervient pour une étude prospective préalable à cette densification urbaine, imaginant différents scénarii jusqu’au plus improbable afin d’appréhender les enjeux de cette transformation.

Une imagination radicale pour l’évaluation des possibles

A travers différents scénarii de densification terrestre et d’avancée de la ville sur l’eau, l’équipe développe des images extrêmes pour tester les différentes formes urbaines possibles : ville-port, presqu’îles, îles ?

La recherche est inductive, la comparaison de ces images rêvées permet d’ouvrir le débat programmatique. Ici, le franchissement des limites du réalisme, volontaire et poussé, permet de libérer les puissances de l’imaginaire et d’appréhender les opportunités et les menaces potentielles du projet.

Préconisations

Les explorations sont discutées et étudiées afin de définir des orientations de programme, et d’accompagner la prise de décision. Nous suggérons une vision ambitieuse pour la définition d’un « plan d’occupation de la mer », à travers lequel Monaco confortera son prestige et son identité.

PARTAGERShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Facebook

Lieu : Principauté de Monaco
Maîtrise d’ouvrage : Principauté de Monaco, Service de la Prospective Urbaine
Concepteurs : Ilex paysage urbanisme, Xaveer de Geyter Architecte (mandataire)
Dates : 2003-2004
Missions : étude prospective territoriale
Surface : le territoire monégasque (200 ha)