Projet de rénovation urbaine du Quartier Berthe

LA SEYNE-SUR-MER[83]

Le quartier Berthe est la plus grand en termes de logements bénéficiant des crédits de l’ANRU de France. A moins de cinq kilomètres de la mer et des plages, aux portes de la Seyne-sur-Mer, le quartier renvoie cependant à un sentiment de n’être pas situé, insulaire, déconnecté du reste de la ville. Aux côtés d’Oteis et Marc Aurel, Ilex intervient pour la requalification des espaces publics impulsée par l’ANRU. L’enjeu : reconnecter le site, travailler les liaisons, les trames, relier les espaces entre eux et l’ensemble au reste de la ville.

Maillage – reconnexion

Tel qu’il a été implanté, le quartier Berthe est vécu comme une impasse ; mal desservi et innervé, les échanges et la vie sociale  y sont entravés. Comment hiérarchiser, retrouver des espaces publics, des lieux de vie et de rencontre ? Il s’agira d’une réflexion globale sur la partition des espaces. La création de voies de circulations, internes et vers l’extérieur, permet la transformation du quartier que l’on peut enfin parcourir et traverser. S’en construit une image apaisée des lieux, pratiqués et circulés.

Résidentialisation

Dans ce grand ensemble, la vie a dû originellement s’organiser sur des espaces indifférenciés où parkings, aires de jeu, espaces verts pouvaient se confondre.
Aujourd’hui le projet de l’ANRU vise justement la requalification de ces espaces, dans une démarche de résidentialisation.
Dans ce nouvel ensemble reconnecté, il s’agit de délimiter des sous-espaces appropriables et sécurisants. L’enjeu devient alors d’établir un nouvel équilibre entre résidentiel et public en maintenant une porosité ; l’un et l’autre devant composer ensemble. Plutôt que de « privatiser », il est question de repenser une ville ouverte et partagée, où l’espace public demeure un support de vie sociale essentiel.

Identité

Pour intégrer pleinement le quartier à la ville, la question d’identification est majeure. Par les choix d’aménagements paysagers, on inscrit le quartier dans un écosystème méditerranéen, et on l’ancre ainsi à une terre à l’identité remarquable, celle des garrigues. Ce travail de lien avec le territoire, conçu également à travers les connexions et voiries, se fait aussi autour du plan de composition que l’on articule en fonction des grands paysages. Ainsi on s’applique à préserver les connexions visuelles et imaginaires avec l’horizon.

PARTAGERShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Facebook

Lieu : La Seyne-sur-Mer (86)
Maîtrise d’ouvrage : Terres du Sud Habitat, Ville de La Seyne-sur-Mer  Concepteurs : Ilex [paysage urbanisme], Oteis (mandataire), Marc Aurel
Dates : lauréat en 2006 - fin des travaux prévue en 2018
Missions : plan de composition et MOE complète
Surface : 117 ha
Montant des travaux : 45,5 M€/HT