Etude prospective des territoires du Port Autonome

Fos-sur-Mer[13]


La valorisation de ce territoire industriel de 10 000 ha convoque la géographie en composante essentielle du projet. Ces espaces initialement réservés à l’activité industrielle reviennent aujourd’hui au centre d’une double problématique : comment valoriser conjointement l’outil industriel et les sites en attente, voire en friche ?

La dimension nature et paysages

En comparaison des autres ports européens, les réserves foncières du port de Fos sont énormes. Ces espaces au statut incertain semi-naturels, semi-aménagés, composent les deux tiers du secteur. Le port crée ainsi l’image négative d’entretenir un no man’s land stérile le long du littoral.

Pourtant, ce domaine industriel est profond et traversé par de belles unités de paysage issues de l’arrière-pays : la Camargue, la Costière de Crau, la Crau sèche et les collines de Martigues.

Nous racontons la diversité de ces pièces de nature, qu’elles soient occupées ou naturelles, afin de qualifier ce qui semble « vide » aujourd’hui et lui définir une vocation, naturelle ou portuaire, provisoire ou pérenne, et de formuler des lignes d’action et d’avenir sur ces sites.

Nous montrons que la somme des différents espaces naturels protégés, des friches en attente, et des aménagements paysagers du port, forment une couronne de Nature utile, qualifiante et d’avenir.

La dimension territoriale

Par-delà la logique de simple valorisation économique interne du domaine portuaire, à travers l’écriture de ce schéma directeur territorial, nous relevons plusieurs axes d’actions prospectives :

Renforcer les synergies économiques des différents métiers du port autour d’unités spatiales bien lisibles et compactes représentés par les trois môles de la logistique, de l’industrie à risque et de l’industrie légère.

Moderniser l’outil-port en lui donnant une nouvelle accessibilité et une nouvelle lisibilité, en redéployant les réseaux routier et ferré et en s’ouvrant sur le mode fluvial comme connexion alternative.

Envisager un nouveau dialogue avec les projets urbains des communes mitoyennes qui recherchent activement l’accès à la mer et des territoires d’expansion.

Ces futurs arbitrages entre économie et paysages seront déterminants pour l’élargissement des missions du domaine portuaire. Ils convoquent nécessairement la dimension métropolitaine et devront être pensés dans une logique partenariale entre les populations proches, l’activité économique et la nature.

PARTAGERShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Facebook

Lieu : Fos-sur-Mer (13)
Maîtrise d’ouvrage : Port Autonome de Marseille  (GPMM)
Concepteurs : Ilex paysage urbanisme, Kern & Associés Architecture Urbanisme (mandataire), Technip, TPC Ingénierie
Dates : 2002-2003
Missions : Schéma directeur territorial et stratégie de développement différencié
Surface : 10 000 ha

plan