La Corniche des Forts : Résurgence !

Le parc de la Corniche des Forts existe déjà. La « forêt », ou « la jungle », comme l’appellent les habitants, est aujourd’hui interdite au public, mais très présente dans l’imaginaire collectif. L’ancienne carrière de gypse, réinvestie par une nature résurgente, est devenue au fil des années et de la pression urbaine, le centre de toutes les… Lire la suite
PARTAGERShare on LinkedInTweet about this on TwitterShare on Facebook
lisiere-active_web

Le parc de la Corniche des Forts existe déjà.

La « forêt », ou « la jungle », comme l’appellent les habitants, est aujourd’hui interdite au public, mais très présente dans l’imaginaire collectif.

L’ancienne carrière de gypse, réinvestie par une nature résurgente, est devenue au fil des années et de la pression urbaine, le centre de toutes les attentions, le symbole d’un besoin pressant de nature originelle.

La collectivité doit faire face à un quadruple challenge :

  • la sécurisation d’un site dangereux de par les risques d’effondrement,
  • la préservation d’un écosystème de reconquête,
  • la frustration des riverains de ne pas avoir accès  à cet espace de liberté, qui génère de nombreux comportements déviants d’intrusion,
  • et globalement, la pression d’usages d’espaces ouverts de nature et d’équipements.

A la croisée de ces contradictions, le projet joue d’un numéro d’équilibriste ténu, à la fois d’ouverture et de protection du site :

Le Parc Nature de la Corniche des Forts viendra offrir, sur le site tourmenté de l’ancienne carrière de gypse, un parcours initiatique, contournant la forêt, la frôlant, la surplombant, laissant vivre ce nouvel écosystème sans le perturber tout en le mettant en scène.

Cette ceinture d’observation s’épaissira ponctuellement pour accueillir de nouvelles plateformes d’activités ludiques et sportives, en lisière du parc, faisant lien et liant entre Ville et Nature.

Le parc de la Corniche des Forts :

Aujourd’hui, une friche instable de 25 hectares,

Demain, 20 hectares sanctuarisés, laboratoire vivant de la reconquête spontanée de terres stériles, et 5 ha stabilisés, ré-enrichis en biodiversité, ouverts aux usages et à l’observation.